Quand quelque chose d’inconfortable ou de douloureux nous arrive,
dans un premier temps, nous rejetons la situation sous couvert :
Ce n’est pas juste !
Pourquoi moi ?
Qu’est-ce que j’ai fait au bon Dieu pour que je subisse cela ?

 Vient le moment du réveil  
Les colères sont mises sous « cloche » pour les raisons propres à chacun de nous.
C’est au moment où notre physique se dégrade par la maladie que nous sommes invités par la vie à exprimer nos colères refoulées.

Les fausses croyances
En exprimant ce que nous ressentons nous avons peut-être peur de faire souffrir nos proches en ayant adopté la croyance :  
Ça ne se fait pas  
Je dois montrer l’exemple
Il y a plus malheureux que moi
                             
Comment ressentir la véritable acceptation ?         
Nous ne pouvons pas changer la situation, ni la personne. A contrario, nous, nous pouvons changer nos habitudes, nos attitudes, nos décisions, nos postures …

En rejetant la situation désagréable cela ne permet pas le changement ni la résolution du problème. L’acceptation n’est pas à confondre avec soumission, résignation ou fatalisme. En retenant ces différentes notions nous devenons impuissants et empêchons notre capacité à changer le cours des choses.
Pour autant devons-nous renoncer aux mesures de prévention ou à la résolution du
problème ? Une personne acceptant sa longue maladie ne doit pas arrêter son traitement pour autant.

L’acceptation n’est pas exclusivement intellectuelle mais bien plus que cela. Elle est reliée à notre être profond, à notre cœur, à notre âme. 
Bien souvent nous sommes coupés de nos émotions ce qui nous empêche de rentrer en acceptation. Cela est engendré par notre ego, notre orgueil ou notre mental.
D’où la nécessité de travailler sur soi pour aller à la rencontre de nos blessures, nos mémoires familiales afin de revenir au calme et à la sérénité. Nos émotions ne demandent qu’à être reconnues pour retrouver la paix intérieure.

Quand l’acceptation est profondément ancrée au fond de soi il n’y a plus de place pour les colères, les frustrations, les remords et tout ce qui apporte la douleur vis-à-vis d’une situation qui nous fait vivre ces expériences. Nous pouvons devenir Maître de notre destinée. 
Pourtant, il n’est pas nécessaire de souffrir pour se connaitre car dans l’acceptation il ne peut y avoir de la souffrance.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK

20 heures passé

Desnos-brigitte

EssencialMente
Aldebert
- La vie c'est quoi ?
.
C'est quoi la musique?
C'est du son qui se parfume.
C'est quoi l'émotion?
C'est l'âme qui s'allume.
C'est quoi un compliment?
Un baiser invisble.
Et la nostalgie?
Du passé comestible.
C'est quoi l'insouciance?
C'est du temps que l'on sème.
C'est quoi le bon temps?
C'est ta main dans la mienne.

C'est quoi l'enthousiasme?
C'est des rêves qui militent.
Et la bienveillance?
Des anges qui s'invitent.
Et c'est quoi l'espoir?
Du bonheur qui attend.
Et un arc-en-ciel?
Un monument au vivant.
C'est quoi grandir?
C'est fabriquer des premières fois.
Et c'est quoi l'enfance?
De la tendresse en pyjama.

Mais dis, papa,
La vie c'est quoi?
Petite, tu vois,
La vie, c'est un peu de tout ça, mais surtout c'est toi.
C'est toi.

C'est quoi le remord?
C'est un fantôme qui flâne.
Et la routine?
Les envies qui se fânent.
C'est quoi l'essentiel?
C'est de toujours y croire.
Et un souvenir?
Un dessin sur la mémoire.
C'est quoi un sourire?
C'est du vent dans les voiles.
Et la poésie?
Une épuisette à étoiles.

C'est quoi l'indifférence?
C'est la vie sans les couleurs.
Et c'est quoi le racisme?
Une infirmité du cœur.
C'est quoi l'amitié?
C'est une île au trésor.
Et l'école buissonnière?
Un croche patte à Pythagore.
C'est quoi la sagesse?
C'est Tintin au Tibet.
Et c'est quoi le bonheur?
C'est maintenant ou jamais.

Mais dis, papa,
La vie c'est quoi?
Petite, tu vois,
La vie, c'est un peu de tout ça, mais surtout c'est toi.
C'est toi

Dans tes histoires, dans tes délires, dans la fanfare de tes fous rire,
La vie est là, la vie est là
Dans notre armoire à souvenirs, dans l'espoir de te voir vieillir,
La vie est là, la vie est là
... Voir plusVoir moins

Voir sur Facebook

2 jours passé

Desnos-brigitte

Se faire plaisir un peu chaque jour... ... Voir plusVoir moins

Voir sur Facebook

3 jours passé

Desnos-brigitte

si le coeur vous en dit je vous partage un exercice sur la confiance en soi ... Voir plusVoir moins

Voir sur Facebook
Facebook